Cliquez pour zoomerCliquez pour zoomerCliquez pour zoomer

Fontaine Gilles

Charpentier - Menuisier Traditionnel
à Cambremer (14340)
Saint-Aubin-sur-Algot
Tél. 02 31 62 79 63
Atelier ouvert sur rendez-vous
Dès l’âge de sept ans, Gilles Fontaine confiait sa vocation de menuisier à son grand-père, charpentier couvreur en chaume. Fidèle à ce rêve d’enfant, il passe son CAP de menuisier en 1979 au Lycée Paul-Cornu de Lisieux, puis son CAP de charpentier au CFA Jean-Hochet à Caen. Il découvre alors que sa véritable vocation n’est pas la menuiserie, mais la charpente.

Il travaille chez différents patrons avant de s’établir à Cambremer à l’âge de vingt-sept ans .

Dans son atelier de Saint-Aubin-sur-Algot, il se consacre exclusivement à la charpente et à la menuiserie du bâtiment pour la restauration des maisons anciennes : lucarnes, pans de bois… Il n’utilise que des essences de la région : sapin, frêne, châtaignier ou chêne. Des bois qu’il achète verts, et qu’il laisse sécher lui-même.

Dans son métier, Gilles Fontaine apprécie tout particulièrement le tracé des escaliers. Titulaire du diplôme de maître d’apprentissage, il éprouve également un grand plaisir à partager ses savoir-faire. Récompensé par le diplôme de maître-artisan, il s’estime satisfait de la dimension actuelle de son entreprise, car il souhaite continuer à travailler le bois.

L’escalier.


Pour tracer un escalier rectiligne, on part de la hauteur d’étage et de la longueur du reculement. On détermine ensuite le nombre de marches à construire. Elles seront toutes de la même hauteur et de la même largeur. Une formule, dite de Blondel, est utilisée pour calculer le pas de l’escalier. Le confort de l’ouvrage est déterminé par la hauteur de marche, qui doit être de l’ordre de 17 cm, alors que, pour bien poser le pied à la descente, le giron, c’est-à-dire la largeur de la marche, doit être supérieur à 24 cm. Une bonne rampe ajoute au confort, ce qu’omettent un certain nombre de constructeurs.